Back to top

Québec suspend le règlement modifiant l’accès au PEQ qui est entré en vigueur le 1er novembre

Latest News
{"effect":"slide-h","fontstyle":"normal","autoplay":"true","timer":"4000"}

Québec suspend le règlement modifiant l’accès au PEQ qui est entré en vigueur le 1er novembre

Le gouvernement du Québec a suspendu la controversée réforme du Programme de l’expérience québécoise qui est entrée en vigueur le 1er novembre.

Le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI), Simon Jolin-Barrette, a confirmé le retrait des réformes dans un message Facebook vendredi soir, quelques heures après l’annonce de la suspension dans les médias.

La suspension temporaire des modifications fait suite à un tollé qui, plus tôt cette semaine, a poussé Simon Jolin-Barrette à exempter les étudiants et les travailleurs qui s’étaient déjà établis au Québec au moment de l’entrée en vigueur de la réforme.

Le Programme de l’expérience Québecoise (PEQ) est un programme d’immigration accéléré très populaire qui permet aux étudiants étrangers titulaires d’un diplôme admissible et aux travailleurs étrangers temporaires vivant et travaillant dans la province de présenter une demande de résidence permanente.

Le nouveau règlement annoncé par le ministre limitait le nombre de personnes pouvant présenter une demande de sélection par l’entremise du PEQ. Plus précisement, à partir du 1er novembre, seuls les diplômés et les travailleurs étrangers temporaires dont les domaines de formation et dont les emplois se trouvaient sur les listes publiées par le MIFI étaient admissibles au programme.

Ces restrictions n’existaient pas avant le 1er novembre et auraient donc rendu inadmissibles de très nombreux étudiants et travailleurs étrangers qui s’étaient déjà installés au Québec.

Le grand nombre de critiques a mené à la mise en veilleuse de la réforme

Le nouveau règlement a suscité un torrent de critiques de la part d’étudiants et des travailleurs touchés par la réforme, ainsi que des universités, des collèges et des chefs d’entreprise de la province.

L’opposition a cette réforme a amené le gouvernement à accorder, plus tôt cette semaine,  des droits acquis à ceux qui vivaient déjà dans la province. Ce soir, le gouvernement a annoncé que celle-ci serait suspendue jusqu’à ce que les listes des domaines de formation admissibles et des professions en demande au Québec soient revisées.

Sur sa page Facebook, Simon Jolin-Barrette a déclaré que la décision de suspendre temporairement les changements a pour but de rassurer les universitaires et les gens d’affaires, et a affirmé que les listes en question « seront révisées en collaboration avec les acteurs concernés ».

Plus tôt vendredi, un reportage de Radio-Canada a fait état de nombreux problèmes liés aux listes des domaines de formation, dont certains n’auraient jamais existé ou n’existent plus alors que d’autres s’adressent strictement aux citoyens canadiens.

La décision de suspendre les nouvelles règles du PEQ a été bien accueillie par les universités et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), celles-ci avaient vigoureusement contesté la décision du gouvernement de restreindre l’accès au PEQ.

Michel Leblanc, le président de la CCMM a déclaré sur Twitter que le premier ministre du Québec, François Legault, avait « pris la bonne décision », ajoutant que les « étudiants internationaux peuvent se sentir bienvenus au Québec et dans nos entreprises. Bravo ! »

C’est la deuxième fois cette année que le ministre Simon Jolin-Barrette est obligé de faire marche arrière en ce qui concerne ses politiques d’immigration. En février, la décision de la CAQ d’annuler, de façon immédiate, 18 000 demandes en attente dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés du Québec a donné lieu à une injonction temporaire qui a forcé le gouvernement à poursuivre le traitement des demandes jusqu’à ce que la loi proposée soit adoptée.

2019 CICNews Tous droits réservés

Source

Post a Comment